Il y a souvent un décalage entre les premières inquiétudes des parents et une prise en charge de l’enfant pour un trouble du spectre de l’autisme. Ce délai diminue en reconnaissant aux parents l’expertise de leur enfant, ce sont, en effet, vous qui le connaissez le mieux. Vous ne devez pas hésiter à parler de vos inquiétudes sur le développement de votre enfant, ou des ses différences par rapport à d’autres enfants à votre pédiatre ou à un autre professionnel de confiance. Les différences pourront se manifester par un retard dans le développement de votre enfant ou par des signes particuliers propre à l’autisme.

Quel intérêt pour un diagnostic précoce de l’autisme ?

Des recherches médicales ont récemment montré l’importance d’un diagnostic précoce et d’une prise en charge adaptée des troubles du spectre de l’autisme chez les jeunes enfants. En effet, avec une prise en charge précoce dans la vie de l’enfant, le potentiel cognitif de ces enfants et leurs compétences en autonomie s’améliorent.

Définition du trouble du spectre de l’autisme

Le DSM 5 est un manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, il présente une liste de critères qui permettent à un médecin de poser un diagnostic pour un certain trouble.

Le trouble du spectre de l’autisme (TSA) est un trouble neurodéveloppemental qui se manifeste dans la petite enfance et qui inclut deux grandes catégories de symptômes: des déficits au niveau de la communication sociale, ainsi que des modes restreints et répétitifs des comportements et des intérêts.

Chez les enfants ayant un TSA, les signes apparaissent dès les étapes précoces du développement. Vous, en tant que parents, vous constatez peut-être certains d’entre eux et vous vous posez des questions. Vous trouverez des exemples de ces signes plus loin dans cet article.

Des inquiétudes parentales précoces

Un diagnostic de TSA qui correspond aux critères du DSM 5 n’est possible qu’à partir de l’âge de deux ou trois ans. Bien souvent, vous en tant que parents, vous vous inquiétez pour votre enfant bien avant cet âge là. Ces préoccupations sont tout à fait normales. Il faut que des professionnels en tiennent compte afin d’adapter la prise en charge de votre enfant et de vous donner des pistes et aides éducatives. Le plus important est que vous ne vous retrouvez pas seul face à cet enfant qui ne fonctionne pas tout à fait comme les autres ou du tout moins qui vous questionne.

Chez les enfants qui auront plus tard un diagnostic de TSA, 76% des parents ont présenté des inquiétudes avant l’âge de 18 mois. En effet, vous êtes la personne la mieux placée pour connaître votre enfant et reconnaître des signes qui paraissent “étranges”. Ces signes concernent le plus souvent le domaine de la communication et/ou celui de la motricité.

Vous avez peut être déjà pensé l’une des phrase suivantes:

  • “Ça va passer, ça doit être une phase”
  • “Mon-ma conjoint-e ne se pose pas de questions, c’est que ça doit aller et que je dois chercher un problème où il n’y en a pas.”

Des signes positifs et négatifs

Les signes que vous pouvez observer et qui vous questionnent se classent en deux catégories: les signes positifs et les signes négatifs. Il n’y a aucune connotation de jugement par “positif” ou “négatif”. C’est simplement que, par négatif, on fait référence à une norme développementale, par exemple à tel âge, tel comportement apparaît. Par positif, on fait référence aux signes spécifiques liés à un TSA, j’y reviendrai plus en détails plus loin dans cet article.

Plusieurs comportements peuvent donner, dès le plus jeune âge des indications d’un éventuel trouble du spectre de l’autisme. Attention tout de même, ce n’est pas la présence ou l’absence d’un seul de ces comportements qui permettra d’avoir une préoccupation clinique pour cet enfant.

Je vais vous présenter ci-dessous une liste de signes qui peuvent être évocateur d’un TSA, mais en aucun cas, cette liste ne servira à établir un diagnostic. Elle est là pour vous aider à vous retrouver dans les questions que vous vous posez et de vous encourager au besoin de consulter un professionnel afin de mettre en place des aides éducatives.

enfant et ours en peluche

Signes évocateurs d’un trouble du spectre de l’autisme

De 6 à 12 mois

  • Votre enfant ne sourit pas souvent dans votre direction
  • Votre enfant vous regarde peu ou pas du tout
  • Le partage de sourire, de sons avec votre enfant est difficile ou n’est en tout cas pas réciproque
  • Votre enfant ne montre pas du doigt ce qu’il souhaite, ou du moins peu souvent
  • Votre enfant ne répond pas systématiquement à son nom lorsque vous l’appelez. Il ne détourne, par exemple, pas son attention de la tâche qu’il est en train d’effectuer

De 9 à 12 mois – apparition de signes dits positifs

  • Votre enfant développe des comportements répétitifs (tourner sur lui-même, faire tourner des objets)
  • Votre enfant développe des jeux inhabituels (il regarde certains objets avec insistance ou touche de manière inhabituelle et répétée des objets d’une certaine texture)

De 12 à 18 mois

  • Votre enfant ne prononce pas de mots
  • Il ne vous montre pas ce qu’il souhaite avec ses doigts
  • Votre enfant ne joue pas à faire semblant de faire quelque chose (jeux imaginaires)
  • Il ne débute pas ou ne répond pas à un partage d’intérêt pour un objet

De 15 à 24 mois

  • Votre enfant n’arrive pas à effectuer des combinaisons de deux mots de manière spontanée, fréquente et cohérente

Le développement de la motricité peut également être différente chez un enfant avec TSA (par exemple un enfant qui ne marche pas encore à deux ans). Cependant un trouble de la motricité qui apparaît seul pourra également être le signe d’un autre trouble qu’un TSA.

Les difficultés sensorielles peuvent se présenter sous différentes formes. Il peut s’agir, comme mentionné précédemment, d’un intérêt particulier pour la texture d’un objet, ou l’odeur. Cependant, cela peut également être des difficultés liés aux sons (même faibles), à la lumière ou encore à l’alimentation. Ce sont, en effet, tous les sens qui peuvent présenter des particularités.

La présence ou l’absence d’un seul de ces signes ne permettra bien sûr pas de suspecter un TSA. Cependant, vous pourriez reconnaître les difficultés ou particularités de votre enfant dans plusieurs de ces signes. Si tel est le cas, je vous invite à vous rapprocher de professionnels qui pourront vous orienter.

L’intérêt d’une prise en charge précoce dans l’autisme

De manière générale, un enfant qui présente un TSA a moins d’attention sociale, il prête donc moins d’intérêt pour entrer en relation avec d’autres personnes. Or, dans le plus jeune âge, c’est par l’intermédiaire des autres que les apprentissages s’effectuent. Un enfant avec un TSA aura donc moins d’occasion d’apprendre, par imitation et échanges avec les autres et aura donc des compétences sociales réduites.

En intervenant de manière précoce, avec, par exemple, avec des aides éducatives pour l’enfant, il est possible d’augmenter le niveau d’attention sociale de l’enfant et donc d’augmenter son niveau d’échanges et d’imitation. Ceci va aider l’enfant à apprendre à apprendre par lui-même et il aura de meilleures compétences sociales.

Quand intervenir ?

Cette possibilité d’aider l’enfant à apprendre est plus efficace si mis en place tôt dans son développement, car, comme le montre les neurosciences, le cerveau possède une plasticité pour modifier les circuits neuronaux, mais cela est beaucoup plus efficace lorsque c’est travaillé tôt à l’enfant.

Une intervention précoce effectuée sur un enfant pour qui on a des doutes, mais pour lequel on est pas sûr d’un futur diagnostic TSA, n’est pas grave du tout, bien au contraire, il en bénéficiera tout de même pour son développement. En cas d’inquiétudes de votre part, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un professionnel pour mettre en place avec vous des aides éducatives.

A l’inverse, vous avez peut-être reconnu plusieurs des signes présentés ci-dessus chez votre enfant de plus de trois ans, mais celui-ci n’a jamais eu de diagnostic de TSA. Rassurez vous, il n’est pas trop tard pour vous rapprocher de professionnels qui pourront vous aider. En effet, bien que la plasticité cérébrale diminue avec l’âge, une prise en charge adaptée pour vous aider dans le quotidien reste tout de même essentielle. Certaines choses prendront simplement parfois plus de temps ou de répétitions pour se mettre en place, mais l’effet final restera le même.

Sources:
L. Zwaigenbaum, J.A. Brian, A. Ip, Le dépistage précoce du trouble du spectre de l’autisme chez les jeunes enfants, Paediatr Child Health 2019 24(7) : 433-443
https://www.cps.ca/fr/documents/position/tsa-le-depistage-precoce

MOOC Troubles du spectre de l’autisme – diagnostic, Université de Genève, suivi sur Coursera en février 2020
https://fr.coursera.org/learn/troubles-spectre-autisme-diagnostic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.